C'est plutôt bon

Petit traité de philosophie naturelle- Kathleen Dean Moore

Petit-traite-de-philosophie-naturelle

« La domestication des animaux. La domestication de la terre. Comment pourrons-nous résister à la domestication des esprits? »

Des oiseaux qui gazouillent, des grenouilles qui coassent, des loups qui hurlent, des ours qui grognent ou encore la pluie qui tombe et transforme un paysage…

Randonneuse éprouvée, fine observatrice de la nature et ses phénomènes, la philosophe Kathleen Dean Moore, de l’Oregon en Alaska, à pied, en canoë, ou même en voiture, explore avec curiosité, seule ou accompagnée, le monde qui l’entoure. Son petit traité de philosophie est un ensemble de textes courts, qui prennent appui sur ses observations naturalistes pour interroger la vie et le sens de la vie. Avec douceur et modestie, sans jargon philosophique ou théorique, Kathleen Dean Moore aborde entre autres la séparation et la perte de ceux qu’on aime, les souffrances qui en résultent et la nécessité d’y faire face…

Si je goûte peu ce type d’ouvrages (le nature writing, je l’avoue, c’est pas forcément mon truc) , je me suis laissée tenter après la présentation de celui-ci par mon beau et grand François dans sa « P’tite Librairie » mon nouveau rendez-vous quotidien tous les jours à 13h50 sur France 2. Après le magnifique mais difficile « Leurs enfants après eux », j’avais besoin de nature et d’herbes fraîches…

J’ai apprécié cette lecture sans être totalement conquise. Je pense sincèrement que le problème vient de moi, de mon absence de concentration du moment, de mon peu d’appétence pour le genre… L’écriture est belle et les réflexions profondes : la mort du père, la séparation d’avec la fille aimée, la maladie de celle-ci… Ces thèmes douloureux sont évoqués de façon très touchante, sans misérabilisme, avec recul et pudeur. L’humour n’est pas non plus absent et l’on sourit franchement à la lecture de l’épisode de l’ours, ou encore du peu d’attrait de l’auteure pour les chiens (j’ai au moins ça en commun avec elle…)

Je sais à qui je vais offrir ce petit traité à la sortie, et cette idée me fait vraiment plaisir:)

« Un foyer, c’est un lieu qu’on connaît par coeur, parce que comme me l’a expliqué un adolescent, quand on ouvre une porte, « il y a une rangée de bottes et d’imperméables, une pile de bois pour la cheminée, et le petit frère qui vous guette pour vous sauter dessus »

 

 

 

5 réflexions au sujet de « Petit traité de philosophie naturelle- Kathleen Dean Moore »

  1. Contempler la nature et les petites choses de la vie, c’est ce que je fais tout le temps. Maintenant, lire un traité la dessus, ou les réflexions profondes d’une autre personne, ça ne m’intéresse pas trop, même si j’y serais sensible.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s