Les anciens sont de retour

Dans le terrier du lapin blanc – Juan Pablo Villalobos

72758555_p

 

Ce billet a été publié pour la première fois le 16 février 2012.

Ce petit livre (à peine plus de cent pages) est vraiment singulier. Roman, conte ou fable,  je n’ai pas su déterminer. Un ovni littéraire, aussi étrange sur la forme que sur le fond.

Un petit garçon, reclus dans un palais au Mexique aux côtés d’un père narcotrafiquant, raconte son quotidien d’enfant roi à qui on ne refuse rien. Il a des marottes très bizarres. Les chapeaux, les samouraïs, les rois dont on coupe « délicatement » la tête, les dictionnaires (ses mots préférés: « pathétique », « sordide », « néfaste », qu’il répète en boucle ) et surtout un désir fou : posséder des hippopotames nains du Libéria pour son zoo privé.

Je me rends compte en rédigeant ce billet que ce livre inclassable est très difficile à résumer. En tout cas moi je n’y arrive pas bien.

Je me contenterai donc de vous dire que la cruauté du petit tyran m’a glacée autant que son innocence m’a amusée. C’est vraiment très bien écrit, ça sonne juste.

J’ai beaucoup frémi :

« il y a de nombreuses façons de faire des cadavres, mais le plus souvent on se sert des orifices.Les orifices sont des trous qu’on fait dans les personnes pour qu’elles perdent leur sang (…)Une autre façon de faire des cadavres, ce sont les entailles, avec les couteaux, les machettes ou les guillotines. Les entailles peuvent être petites ou grandes. Si elles sont grandes, elles divisent les corps en plusieurs parties et font des cadavres en plusieurs morceaux. »

Mais aussi souri sans réserve à ses réflexions :

« Dans le ciel, il y a des pigeons qui font leurs besoins. Si on ne porte pas de chapeau, on finit par avoir la tête toute sale. Les pigeons exagèrent. Ils font leur cochonneries devant tout le monde, en plein vol. Quand même, ils pourraient attendre de se cacher dans les arbres. Comme ça, on ne serait pas obligés de passer son temps à regarder le ciel et à se protéger la tête. »

J’ai bien aimé ces va-et-vient entre l’horreur et l’innocence. J’ai bien aimé tout court.

 

Ma participation au challenge Animaux du monde du blog de Sharon (la troisième)

72758410_p

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s