petite pâtisserie

La Petite Boulangerie du bout du monde -Jenny Colgan

La-petite-boulangerie-du-bout-du-monde

 » – Qu’est-ce qui vous rend heureuse, Polly ?
 – Je suppose… Polly hésita. Eh bien, de fabriquer du pain. D’avoir les mains dans la pâte. »

Polly, jeune et moderne trentenaire, connaît une période difficile, sentimentalement et professionnellement. Elle se voit contrainte de changer de cap, de se reconstruire, le plus loin possible de Plymouth où elle vivait et travaillait avec son compagnon Chris, un artiste doué mais capricieux. Malgré les avertissements de sa meilleure amie, la délurée Kerensa, elle s’exile pour une petite île de Cornouailles, Mount Polbearn. Ce n’est que pour un temps, pense-t-elle, et pour que ce temps se passe le moins mal possible, Polly, dans un logement insalubre loué à l’irascible Mrs Manse, fait du pain. Avec talent. C’est le début pour notre apprentie boulangère de nouvelles amitiés, de nouvelles amours, de projets audacieux, mais aussi de pas mal d’ennuis…

Vous ne trouverez pas ce genre de romans légers et romantiques sur mon blog, j’en lis  très peu. Ce livre là, pourtant, est à part, d’abord parce qu’il m’a été offert par une amie que j’aime beaucoup, et aussi parce que son sujet, gourmand au possible, ne pouvait que me plaire. Touché gagné !  Je me suis plongée avec plaisir dans ce charmant roman chaleureux, et je l’ai adoré. Qu’il était doux pendant quelques petits jours (je l’ai lu assez vite, il se dévore comme du bon pain recouvert de miel) de partager le quotidien de Polly et son inséparable macareux, de faire la connaissance de ses amis pêcheurs, du curieux et séduisant apiculteur (qui cache bien sûr un secret douloureux) … C’est tout un petit monde de personnages drôles et attachants que fait vivre Jenny Colgan et si les péripéties sont nombreuses, c’est surtout la douceur de ces pages que l’on retient, et cette bonne odeur de pain chaud quand on passe sous la fenêtre de l’adorable Polly …

« La petite boulangerie du bout du monde » a vraiment tout du roman doudou. L’écriture est agréable et il se lit avec bonheur et gourmandise, sous un plaid (oui, bon, il faisait 38 degrés au moment de ma lecture, j’ai dû renoncer à ce dernier). Cerise sur la brioche, Jenny Colgan a eu la sympathique idée de partager à la fin du livre quelques recettes fétiches de Polly : entre beignets de maïs et petits pains à la cannelle, mon coeur balance…

Merci encore, ma chère Ninie, pour ce très joli cadeau feel good… qui a eu un effet très très feel good !

« Elle était incroyablement satisfaite de son pain. Son goût n’avait rien à voir avec celui qu’elle fabriquait à Plymouth. Il avait un arôme plus intense, plus riche. Elle se demanda avec une légère anxiété si cela pouvait avoir un rapport avec le vieux four calciné ou le vieux plat carbonisé. Ou peut-être le sel de ses larmes, car elle avait pleuré au-dessus de la pâte. »

2020-logo-gourmandises-1

6 réflexions au sujet de « La Petite Boulangerie du bout du monde -Jenny Colgan »

  1. J’adore l’expression « roman doudou ». J’avais moi aussi l’impression de me plonger dans un espace réconfortant, attachant et positif. Je suis ravie d’avoir partagé cette lecture avec toi!
    Les petits pains à la cannelle sont délicieux! A tester.. 😉
    Bisous

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s