C'est très bon

Une disparition inquiétante- Dror Mishani

« Si le livre que nous lisons ne nous réveille pas d’un coup de poing sur le crâne, à quoi bon le lire? »

Tel Aviv et sa banlieue.

Un adolescent prénommé Ofer disparaît. Lorsque sa mère se présente au commissariat pour signaler que son fils n’est pas rentré du lycée, Avraham Avraham, le policier qui la reçoit, se montre rassurant : votre fils va revenir, il ne lui est sûrement rien arrivé de fâcheux, il est peut-être déjà de retour à la maison pendant que nous parlons…

Pourquoi pas?

Sauf qu’Avraham Avraham fait fausse route. Tout au long de l’enquête qu’il va mener sur cette disparition inquiétante- car naturellement Ofer ne revient pas et de jour en jour le mystère va s’épaissir- cette culpabilité ne le lâchera pas et va peut-être le faire passer à côté de la vérité…

Une envie de roman policier qui se passe ailleurs? Un passage chez Cuné (elle ne blogue plus mais ses conseils précieux sont toujours en ligne), hop j’embarque pour Israël et me plonge dans ce roman policier  captivant. J’ai trouvé délicieux de me faire balader dans tous les sens du terme, ( très habiles fausses-pistes et « promenades » avec Avi dans les ruelles de Tel Aviv), beaucoup aimé ce flic trentenaire attachant, pas très bon mais pas nul non plus (l’équilibre est parfait) qui ne noie pas son chagrin dans l’alcool (il fume pas mal en revanche), ne dissimule pas de noirs secrets. Il a pour passe-temps de décrypter les séries policières pour y déceler des erreurs (le comble…) une mère qui remplit son frigo quand il n’est pas là- une mère juive, mais pas caricaturale non plus, elle n’est pas très démonstrative, tout comme le père, tout en étant bien présente-, il tombe même amoureux…

L’écriture est fluide, agréable, l’intrigue bien construite- il y a le point de vue d’Avraham et celui d’un autre protagoniste dont on sent qu’il n’est pas net- tous comme les personnages (mention spéciale pour l’énigmatique prof d’anglais, je n’en suis pas revenue…). Les révélations n’arrivent pas au pas de course, elles sont parfaitement dosées, nous réservant le meilleur pour la fin, quand on croit tout savoir…

Pouf.

Je n’en dis pas plus, ça fonctionne très très bien. J’ai adoré ! Je veux absolument relire Dror Mishani, je vais juste attendre un peu pour faire durer le plaisir et me réjouir des retrouvailles.

Je sais pas pour vous, mais quel plaisir de découvrir un auteur (le deuxième depuis le début de l’année) et de savoir qu’il y aura d’autres bons moments comme celui-là…

« D’ailleurs, la police ne peut pas non plus se charger seule de la sécurité des citoyens, tu le sais pertinemment. Les parents doivent veiller sur leurs enfants et les adultes sur eux-mêmes. Celui qui a compris que la police n’était ni son papa ni sa maman, qu’elle ne protégeait pas la terre entière vingt-quatre heures sur vingt-quatre, agit en personne responsable. »

Kathel a aussi beaucoup aimé.

11 réflexions au sujet de « Une disparition inquiétante- Dror Mishani »

  1. J’en ai l’eau à la bouche… Je note. Merci pour tes conseils!
    En ce moment, je me régale avec les aventures d’un apiculteur amateur et je prends beaucoup de plaisir à relire ce livre qui m’avait bien plu.
    Bisous

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s