C'est plutôt bon

Roissy- Tiffany Tavernier

« L’aéroport nous protège. Il est notre cocon et, pour moi, ma seule mémoire »

Dans les couloirs immenses de l’aéroport Roissy Charles de Gaulle, une femme avance, tirant sa valise à roulettes. Cette femme, amnésique, n’a pas quitté l’aéroport depuis des mois. Se donnant des allures de voyageuse pressée, elle tente à chaque instant d’échapper aux contrôles. Autour d’Anna (on l’appelle comme ça, mais est-ce son vrai nom?…) gravite tout un monde d' »indécelables » qui, eux aussi, ont élu domicile dans l’aéroport : il y a Vlad, Liam, Joséphine, Josias et quelques autres, devenus des compagnons d’infortune d’Anna. Et bientôt, il y aura Luc, dont l’épouse a péri lors du crash du vol Rio-Paris et qui vient l’attendre, désespérément…

C’est le deuxième roman de Tiffany Tavernier que je lis en quelques semaines et comme le précédent (qui est en réalité le premier), j’y ai trouvé de belles qualités. Originalité du sujet, personnage touchant et énigmatique… Anna est un épais mystère et les circonstances de son amnésie, son passé au sens large ne nous sont révélés qu’à la toute fin du roman, ce qui permet de maintenir une certaine tension tout au long de la lecture. Comme le personnage de Guy, dans L’Ami, Anna ment à tout le monde, s’invente une identité, mais à la différence de Guy, elle ne ment pas pour nuire : Anna dont la mémoire a fui, est elle-même contrainte de fuir en permanence, pour sa survie. Où irait-elle si on la chassait de cet aéroport grouillant ( si excellemment décrit : la plume est vivante, efficace, j’aime vraiment beaucoup l’écriture de Tiffany Tavernier) devenu son seul point d’ancrage? Comment vit-on… sans mémoire et sans passé?

Ce sont des questions intéressantes, passionnantes même, qui font de « Roissy » un roman plutôt riche. Le problème -les problèmes- ce sont les quelques zones obscures dans le récit qui n’apportent pas grand chose, par exemple le fameux journal de Liam, auquel je n’ai strictement rien compris… Et puis il y a les invraisemblances: la fin du roman bizarre et pas crédible, les éléments du passé d’Anna que l’on découvre, je ne sais pas bien pourquoi, ne m’ont pas convaincue. J’aurais préféré ne pas avoir de réponse. C’est assez rare chez moi qui aime bien les points finaux, mais parfois le silence vaut mieux que l’explication tarabiscotée.

« Je reste encore un long moment à regarder le flot des passagers. J’imagine leur vie, leur métier, leur invente des destinées que j’aimerais coucher sur le papier, ce que je ne ferai pas par superstition, comme si écrire sur eux pourrait influer le cours de leur existence.
Tout est si confus en moi. Pour rien au monde, je ne voudrais provoquer un désastre. Le mien suffit »

12 réflexions au sujet de « Roissy- Tiffany Tavernier »

  1. J’avais aimé Roissy et j’ai encore plus apprécié l’Ami
    J’ai aimé l’ambiance de l’aéroport, le fait que l’on devient anonyme de chez anonyme à condition d’être toujours en mouvement. Les dessous de l’aéroport avec les SDF qu’il abrite. C’est ce qui me reste du livre. La révélation de son histoire ? Je ne m’en souviens plus. J’aime bien, après plusieurs années, repenser à un livre et voir ce qu’il en reste

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s