C'est plutôt bon

Malgré tout- Jordi Lafebre

 

– Donc, Lune et Terre vivre toujours séparées ?
– En réalité, c’est leur manière d’être ensemble. Si elles se heurtaient, elles causeraient beaucoup de dégâts.

 

Zeno et Ana sont amoureux. Ils ne sont plus très jeunes ni l’un ni l’autre et se retrouvent après de longues années sans se voir. Sous une pluie battante, ils échangent un baiser plein de promesses. Mais qui sont-ils, ces amants du troisième âge? Pourquoi ont-ils été séparés tout ce temps?  C’est ce que raconte cette BD… d’une façon inattendue puisque la narration suit une chronologie inversée : elle commence par la fin (les retrouvailles) pour finir par la rencontre de Zeno et Ana, sous la pluie. Une rencontre mouvementée qui annonce une relation pas des plus simples…

Entre le début et la fin, des vies menées en parallèle (Zeno est un marin-libraire qui a la bougeotte, Ana est une épouse et une mère mais aussi mairesse d’une ville qu’elle administre avec passion), un amour entre ces deux êtres qui défie le temps, des échanges de lettres, des coups de téléphone… la distance ne fait rien à l’affaire. Ils s’aiment et finiront ensemble, dans longtemps.

« Malgré tout » est une jolie BD, sentimentale et douce, qui fait du bien au moral, par les temps qui courent. La narration est déconcertante (le chapitre 20 qui ouvre l’album laisse supposer qu’il s’agit d’un tome 2 mais pas du tout), mais après tout, pourquoi pas, c’est rigolo de commencer par la fin- j’imagine d’ailleurs très bien cette bande-dessinée adaptée au cinéma, le réalisateur se régalerait je pense-. Une petit bémol tout de même sur le dernier chapitre qui rajoute du compliqué au compliqué (j’ai dû relire deux fois, je ne comprenais rien) dans le schéma narratif, complication pas forcément très utile.

Alors oui, les dessins sont beaux, infiniment détaillés, les expressions, les regards surtout (le regard bleu de Zeno…), rien n’est laissé au hasard, c’est du travail d’orfèvre. Mais là aussi, je vais faire ma vilaine, je ne suis pas très sensible au style « pointu » de Jordi Lafebre. Le trait vif colle au récit, dynamique et toujours en mouvement, mais pour ma part, Je préfère les dessins plus ronds, moins anguleux. Question de goût.

Et encore une superbe couverture qu’il suffit de regarder pour avoir envie de se plonger dans l’album !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

16 réflexions au sujet de « Malgré tout- Jordi Lafebre »

    1. On va se dire «  elle est drôlement difficile celle-là … ils sont beaux ces dessins ! » c’est vrai qu’ils sont beaux incontestablement mais il y a quelque chose qui ne me touche pas…

      J'aime

      1. oui beaucoup et j’attends un peu avant de rédiger mon avis. J’ai été surprise, je ne m’attendais pas à la fin (qui est le début) ni au caractère trempé des personnages. J’ai beaucoup apprécié le trait de plume et l’histoire en elle-même. C’est une réussite pour moi. Je n’ai pas lu ta chronique pour ne pas me laisser influencer.

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s