C'est plutôt bon

Jack London- La route : les vagabonds du rail

                                                           

                                                        « Le visage rayonnant de l’aventure »

Jack a dix-huit ans et un caractère bouillonnant, une âme d’aventurier. Pendant deux années ( 1893-1894) il fut un « vagabond du rail » et parcourut 20 000 kilomètres dans une Amérique en crise. Il a des façons de voyager bien peu orthodoxes, notre Jack : sans le sou, « il brûle le dur », c’est à dire qu’il fraude. Ce jeu du chat et de la souris avec les autorités alimente son goût du risque et sa soif d’aventures : Jack saute de train en train, se cache, a souvent faim, froid ou trop chaud, on le pourchasse et il s’en sort toujours ou presque. Il y a tout de même quelques passages par la case prison… là encore, c’est l’art de la débrouille qui domine. Pour supporter le moins mal possible des conditions de détention extrêmement dures il est impératif d’être habile et sacrément menteur, il faut mettre ses scrupules tout au fond de sa poche (trouée…)

Au gré de ses voyages, Jack fait des rencontres aussi, celles de vagabonds comme lui : des « hobos » qui vivent de petits boulots ou de mendicité, toute une communauté de pauvres gens qui pratique le voyage en train gratis, traverse le pays dans des conditions plus qu’éprouvantes, ce qui n’entame pas le moins du monde sa tenacité … Quelle force de vie impressionnante ! Jack est de ceux-là, de ces vagabonds qui affichent « le visage rayonnant de l’aventure ».

C’est en version audio que j’ai découvert ce roman autobiographique de Jack London, un écrivain pour lequel j’éprouve une immense tendresse depuis ma lecture pas si ancienne de Martin Eden (le plus beau livre du monde sans conteste, un choc électrique ce roman mon dieu…). Ces courts récits d’une vie d’aventure sont plaisants à écouter, la langue de Jack est belle, ce qu’il raconte est riche et mouvementé, fourmille d’anecdotes pas toujours glorieuses mais qui prêtent à sourire très souvent( j’ai adoré l’épisode du vol du chapeau chinois, c’est mal de voler mais le récit qui en est fait est particulièrement savoureux) et donne un aperçu de l’existence sans un radis mais aussi sans entraves « du peuple d’en bas ».

J’ai beaucoup aimé la lecture que fait Julien Allouf des « Vagabonds du rail ». Sa voix est claire, très agréable, tonique. J’aime penser que Jack London avait un timbre de voix qui ressemblait à celui de ce comédien. La voix de Julien Allouf colle très bien au personnage principal de ce roman haut en couleurs 🙂 C’est un choix judicieux de lui avoir confié cette narration.

Je ne suis pas fan de récits d’aventures et ne renouvellerai pas forcément l’expérience d’en relire un autre sur le champ mais je suis heureuse d’avoir lu/écouté celui-là, Jack m’a tenu compagnie le temps de quelques trajets en bus et cette compagnie ma foi, est bien agréable.

« Un nouveau monde s’ouvrait devant moi, un monde d’essieux, de wagons à bagages, de pullmans à glissière, de policiers, vaches, cognes, mecs de la raille et autres condés.

Tout cela s’appelait l’aventure. Parfait ! Je tâterais, moi aussi, de cette vie-là »

Ce roman est ma première participation à la saison 2 du challenge « Les Classiques c’est fantastique! » organisé par   Moka  et Fanny

Pour ce mois de mai, la thématique était celle-ci : « L’invitation au voyage
Récits de voyages réels ou imaginaires, voire métaphoriques, romans de l’ailleurs…. »

24 réflexions au sujet de « Jack London- La route : les vagabonds du rail »

  1. Merci pour ce billet qui joue la carte du décalage horaire puisque le dernier lundi du mois est la semaine prochaine. Tu as donc un train d’avance mais c’est aussi le jeu des voyages !
    J’adore London mais l’ai peu lu. Je garde un souvenir fort de Martin Eden. Un grand grand grand roman. Ce titre me plairait. Sans aucun doute.

    Aimé par 1 personne

  2. Je n’ai lu que Martin Eden (et L’appel de la forêt mais je ne le compte pas, c’était au collège et j’en ai tout oublié !). J’ai celui-ci sur mes étagères je crois, dans une anthologie de London axée sur ses textes d’inspiration autobiographique..

    Aimé par 1 personne

  3. Jack London est un écrivain qui a changé ma vie, quel bonheur de le retrouvé ici dans un récit qui m’avait particulièrement marqué. Sur un thème un peu similaire, lire « Le peuple de l’abîme ».

    Aimé par 1 personne

  4. Je n’ai lu que Croc-Blanc de Jack London mais sa plume + ce que je sais de sa vie m’ont fait tomber amoureuse (j’ai un cœur d’artichaut). Les écrivains voyageurs c’est mon truc, ils me fascinent et me tordent les tripes, c’est plus fort que des papillons dans le ventre. Sans aucun doute j’adorerais découvrir le titre que tu nous proposes aujourd’hui.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s