C'est très bon

Adultère- Yves Ravey

« Les histoires d’incendie, c’est plus compliqué qu’on ne l’imagine, c’est dans la tête des gens que ça se passe, parfois, il suffit d’un détail pour provoquer l’étincelle. »

La vie de Jean Seghers devient de plus en plus compliquée, alors qu’il vient de fêter ses dix ans de mariage avec Remedios. La station-service qu’il gère est menacée de faillite, Ousmane, son mécanicien, n’entend pas renoncer aux indemnités que Seghers lui doit et revient sans cesse à la charge. Le pire est que Remedios semble s’éloigner. Elle rentre de plus en plus tard et pas toujours seule. Le président du tribunal de commerce, un vieux copain de Remedios, serait-il davantage qu’un vieux copain? Jean a de forts soupçons…

Le  dernier roman d’Yves Ravey est comme tous les romans d’Yves Ravey : court, mininimaliste, sans un poil de gras. Il fait totalement l’impasse sur la psychologie des personnages (tiens, le Nouveau-Roman) avec juste ce qu’il faut de décalé et d’étrangeté pour inquiéter le lecteur, un climat soi-disant policier qui se tend au fil des pages jusqu’au coup de sifflet final…

J’aime beaucoup cet auteur, même s’il ne me surprend plus. Cette remarque n’est pas péjorative : quand je le lis, j’ai l’impression de chausser de vieilles pantoufles qui sont dans mon placard depuis longtemps. Ce sont toujours les mêmes, je les range et je les ressors régulièrement, les enfiler me donne toujours un sentiment très agréable de confort familier. J’aime ça. Avec Yves Ravey, on a la certitude de lire des histoires dépouillées de tout affect, avec des personnages qui se trouvent dans des situations complexes, dont on ne connaît pas le lieu d’habitation et dont les noms sont bizarrement choisis : Remedios qui ressemble à une actrice américaine a un prénom espagnol, le président du tribunal de commerce s’appelle Walden (on ne fait pas plus américain, mais son prénom est Xavier, assez franchouillard) le petit ami de Dolorès, la mère de Jean, porte le curieux prénom de Salazare (comme la gare…). Je cherche une explication à ces bizarreries onomastiques et je n’en trouve pas. Peut-être qu’il n’y en a tout simplement pas.

Je viens tout à coup de réaliser que Dolores signifie « douleurs » et « Remedios »remède… L’épouse serait-elle un remède pour Jean, alors que sa mère lui occasionne de la douleur? C’est une hypothèse…

Mention spéciale tout de même à la fin du roman, à tomber par terre. Je n’en suis pas revenue. Hé hé. J’adore.

Je nuance donc mon propos, je reviens même carrément dessus. Yves Ravey peut surprendre ! Voilà pourquoi je continue à le lire avec plaisir : pour cette fameuse impression de déjà vu que j’aime bien et ce petit truc qui me fait dire woawww, il m’a eue.

« Parle-moi franchement, dis-moi comment tu te sens avec moi? Elle a ignoré ma question, elle a dit que je devais revoir les registres de compte avant le placement définitif en règlement judiciaire, ensuite elle est venue vers moi, m’a serré dans ses bras. »

10 réflexions au sujet de « Adultère- Yves Ravey »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s