C'est très bon·coup de projo

Radium girls – Cy

 

 

« Tu te rends compte, Grace? Le jour où on a peint notre premier cadran, le compte à rebours s’est lancé »

 

Dans les années 20, l’Amérique découvre le radium, produit miracle qui permet de lire l’heure dans le noir, d’avoir un joli teint, de se fortifier… de s’empoisonner mais ça, on ne le sait pas encore (ou on se garde de le dire…)

Grace, Katherine, Mollie, Albina, Quinta et Edna travaillent pour USRC, une usine qui conçoit des cadrans de montres lumineux. A longueur de journée, les ouvrières peignent des cadrans de montre, grâce à une peinture au radium. Le geste est d’une simplicité mécanique : on porte le pinceau à sa bouche pour le lisser, on l’imprègne de peinture et on peint. Facile et fatal. Le soir, les jeunes femmes s’amusent, dansent, se peignent les ongles et le visage avec la fameuse peinture qui fait briller dans le noir… Elles pensent qu’elles ont la vie devant elles et comptent bien en profiter. D’autant que le salaire est bon.

Ces femmes, comme d’autres avant elles, perdent peu à peu la santé (le délabrement physique est terrible) puis la vie. Mourantes, les « Radium girls », découvrent l’origine de leur mal et dénoncent ce scandale industriel et sanitaire. Elles réclament justice et leur combat, s’il ne les sauve pas, permet de mettre en lumière les dangers du radium et la nécessité de protéger les travailleurs américains, ici sacrifiés.

« Radium Girls » est un très bel album, poignant, entièrement dessiné au crayon de couleur, avec une dominante de violet et de vert (radium) très harmonieuse. Certaines planches, pleines pages, sont particulièrement saisissantes avec ces personnages aux visages sereins, les yeux fermés, traversés par des rayons, comme ignorants du mal qui les traverse. J’en ai eu des frissons.

A la fin de l’album, Cy raconte la genèse de l’ouvrage dans une très intéressante interview : elle explique ses choix étonnants de couleurs, la façon dont cette bande-dessinée-hommage a été conçue et ce qui l’a inspirée. Tout est vrai naturellement. Malheureusement.

Pour conclure, je mets un coup de projo sur la collection Karma des Editions Glénat : elle met en lumière des personnes, souvent des anonymes, qui ont changé la société ou ont contribué à la faire bouger. Des personnes qu’on a trop vite oubliées. Karma les fait revivre et nous rappelle leur combat d’une portée universelle. Une belle idée.

 

7 réflexions au sujet de « Radium girls – Cy »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s