C'est très bon

Une deux trois- Dror Mishani

 » Il présentait un visage plutôt rassurant et sans signe particulier. Autre détail: il n’était pas gros. »

La première femme s’appelle Orna. Elle est enseignante, divorcée. Son ex-mari l’a quitté pour une autre. Toute son attention est aujourd’hui centrée, de façon excessive, sur son petit garçon… jusqu’à ce qu’elle fasse la connaissance de Guil, avocat, via un site de rencontre.

La seconde, Emilia, a quitté la Lettonie pour Israël. Auxiliaire de vie, elle est dans une situation précaire, vit de peu, cumule les emplois pour survivre, ne connaît personne en dehors de ses patrons et souffre de cette solitude. Emilia trouve pourtant consolation dans la piété. Tout son argent y passe. Elle finit par croiser la route d’un certain Guil, avocat.

La troisième s’appelle Ella. Ecrivain, c’est une jeune femme qui se sent coincée dans un mariage avec un homme jaloux. Elle rencontre Guil, avocat, dans un café où elle est installée pour écrire.

La quatrième de couverture raconte beaucoup de choses, beaucoup trop. Si vous le pouvez, évitez de la lire. C’est très énervant. Cela dit, ce roman de Mishani où ne figure pas le policier récurrent Avraham -ça m’a déconcertée au départ, je le cherchais partout, mon flic préféré- est excellent et son intérêt ne réside pas simplement dans la découverte de l’identité du criminel, qu’on devine très vite, même sans avoir lu la quatrième. Ses motivations, en revanche, resteront un peu obscures, mais après tout… dans la vie aussi, on ne comprend pas toujours pourquoi les gens agissent de telle ou telle façon et le cerveau d’un criminel demeure bien souvent très opaque… On va dire que Mishani est un auteur réaliste.

J’ai aimé qu’à travers la situation douloureuse d’Emilia soit posée la question des migrants et plus précisément des femmes exploitées d’Europe de l’Est. Elle est touchante, Emilia, lorsqu’elle tente d’apprendre à lire l’hébreu, qu’elle pense trouver refuge dans la religion.

Mais il y a aussi et surtout cette solitude, évoquée avec finesse, aussi pesante pour Emilia que pour Orna, seule avec son fils et lancée dans cette relation avec Guil dans laquelle elle ne trouve pas son compte. Mais elle se sent si seule… alors lui ou un autre…

Les femmes que rencontre Guil n’ont pas grand chose en commun, mais elles sont toutes en manque d’amour. A la merci de qui prétend s’intéresser à elles.

Mishani est aussi très habile lorsqu’il s’agit d’avancer pas à pas, de faire progresser son intrigue avec lenteur, certes, mais sans mollesse. Il n’ennuie jamais, le suspense est très présent, l’auteur prend son temps et le lecteur choisit -ou pas- de s’adapter à ce rythme particulier. Moi j’ai choisi, j’adore depuis le premier roman cette manière de distiller, de poser les jalons, cette approche au plus près des personnages et de leur psyché. A chaque femme est consacrée une partie du roman, on apprend à les connaître, on s’habitue à elles, on s’y attache même, jusqu’à l’issue, à peu près toujours la même…

Je ne peux pas en dire plus, c’est un roman qu’il est difficile de résumer sans devenir bavard. Je ne peux que le recommander aux amateurs de romans noirs psychologiques, en revanche ceux qui aiment l’action, raffolent du bruit des balles et des courses poursuites dans les romans policiers détesteront, sans nul doute.

« Au début elle était persuadée que cette langue prendrait racine en elle et se développerait facilement, deviendrait un arbre qui étendrait ses branchages de lettres d’où, tels des feuilles et des fruits; écloraient les mots, mais cet espoir s’était amenuisé au rythme du déclin de Nahum, un espoir qu’elle devra sans doute abandonner là, en quittant sa petite chambre »

C’est une nouvelle participation au challenge de Sharon

11 réflexions au sujet de « Une deux trois- Dror Mishani »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s