bof bof

Etre un homme- Nicole Krauss

« Mais il n’est déjà plus un enfant. Il se tient sur le sable, entre le rivage et une mer en perpétuel mouvement, et, comme on dit, l’eau monte ».

Des hommes, des femmes, juifs, demeurant ici ou là (New-York principalement) sont à la fois prisonniers de leur religion, de ses rites, tout en maintenant une distance avec elle (géographique, familiale). La judéité apparaît en filigrane de leurs histoires, d’amour le plus souvent. Ainsi, une jeune femme s’interroge sur l’avenir de sa relation avec un boxeur allemand, qui aurait pu faire parti des Waffen SS, s’il était né des années plus tôt (« Etre un homme »).

Nicole Krauss, que je découvre, écrit bien. Sa réflexion est poétique, pénétrante (cf : la citation en tête de ce billet). Les thèmes qu’elle aborde sont profonds, douloureux, intimes. Elle étire son fil rouge, la judéité, avec délicatesse, le mêlant à l’amour, l’amitié, la filiation.

« Je dors mais mon coeur veille » est le texte que je retiendrai. Il raconte l’intrusion dans la vie d’une femme d’un prétendu ami de feu son père. Il s’installe dans l’appartement qu’elle occupe. Les raisons de sa présence, pas hostile, juste incompréhensible pour la narratrice, demeurent obscures et j’ai trouvé la fin très belle, bien que nébuleuse.

J’ai le regret de dire qu’à l’exception de cette histoire et d’une ou deux autres, j’ai malgré tout vraiment peiné sur ce recueil qui en compte dix. Je me suis ennuyée la plupart du temps, ai ressenti un vague malaise à la lecture de certains passages que j’ai trouvé crus et inutilement crus, je précise (le cru ne me dérange pas lorsqu’il a du sens, ici il m’a semblé un peu plaqué, bof quoi). J’ai mis un temps infini à lire l’ensemble des nouvelles et à reprendre le livre une fois posé. La dernière en particulier qui donne son titre au recueil m’a laissé perplexe. Je pourrais la relire, sans doute le sens m’a-t-il échappé pour x raison, mais je n’en ai tout simplement pas envie. Je ne suis peut-être pas la bonne lectrice pour Nicole Krauss, dont j’avais l’intention de découvrir les romans, avant. Je suis un peu refroidie.

Une lectrice sur Babelio se disait heureuse de se trouver autant de proximité avec les personnages de ce recueil. C’est certainement là où le bât blesse à mon niveau. Je n’ai ressenti aucune proximité, peu d’empathie et comme souvent avec les livres qui ne me parlent pas beaucoup, j’ai lu celui-ci jusqu’au bout par politesse, sans me sentir vraiment concernée.

12 réflexions au sujet de « Etre un homme- Nicole Krauss »

  1. Bon, pas d’enthousiasme cette fois… Notre comète n’a pas sauté vers les étoiles. Une lecture qui va avec la météo.
    J’espère que tu vas vite croiser un bel ouvrage. C’est peut-être déjà le cas…
    Gros bisous et bon dimanche

    Aimé par 1 personne

  2. arf, pas de bol…bon, je n’ai toujours pas lu Krauss depuis tout le succès de Histoire de l’amour, noté lors de sa sortie, et bien sûr pas encore lu…ke m’en tiendrai à ce titre si je me décide à la lire. c’est dommage, j’adore les nouvelles. bonne journée! 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s