C'est très bon

Exit West- Mohsin Hamid

« C’est ainsi que va la vie : quand nous émigrons, nous éliminons de notre existence ceux que nous laissons derrière nous. »

 

Ça commence par une histoire d’amour, classique, entre un homme et une femme. Elle, c’est Nadia, étudiante, toujours camouflée sous un caftan noir, non par conviction religieuse, mais plutôt pour se protéger de la convoitise des hommes. Lui c’est Saïd, jeune homme instruit, fils d’enseignants. Il travaille, mais vit toujours chez ses parents. Lorsqu’ils se rencontrent, l’attirance est immédiate. Leur amour naît sur fond de guerre civile, dans un pays du Moyen-Orient (jamais nommé) où les bombes pleuvent, où ceux qu’on appelle pudiquement « les militants » sont en passe de prendre le pouvoir et de restreindre drastiquement les libertés. Il faut partir, laisser tout derrière soi, famille, amis, pour espérer se construire une vie meilleure en occident. Nadia et Saïd, qui pensent être amoureux, sont décidés à franchir ensemble la porte …

Je n’emploie pas le mot porte par hasard, car ce sont bien les portes qui donnent son originalité à ce roman. Il pourrait être un énième récit sur l’exil et ses douleurs, sur les dangers qui guettent les migrants, sur leurs conditions de vie et d’accueil épouvantables. Il est bien sûr question de cela, mais  pas seulement. Ces portes magiques, frontières métaphoriques, les migrants les franchissent sans connaître à l’avance leur destination. C’est ainsi que Nadia et Saïd arrivent en Grèce, puis en Angleterre, en Californie… leur amour survivra-t-il à l’exil et aux épreuves qui les attendent?

« Exil West » est un très beau récit, merveilleusement écrit, à la fois sobre et lumineux. Il se rapproche d’un conte, où se mêlent harmonieusement la dure réalité de l’exil et une poésie très douce, très inventive. Je l’ai découvert tout à fait par hasard- je cherchais un livre de cet  auteur que je n’ai pas trouvé et me suis rabattu sur celui-là- et le hasard fait comme souvent bien les choses.

J’ai toutefois été un peu troublée par les différentes histoires qui s’intercalent dans le récit principal et qui ne semblent pas avoir de lien direct avec lui, si ce n’est qu’elles se déroulent aux quatre coins du monde. Surprenant. Mais c’est comme tout, on s’habitue, on se laisse glisser, on finit par savourer les intermèdes et à apprécier cette distance qu’ils instaurent avec le réel, tout comme les portes. L’intérêt pour Nadia et Saïd n’est en rien entamé par ces incursions étranges. On espère avec eux le bonheur et l’harmonie, on a peur pour eux, on est tristes de les voir peu à peu s’éloigner… mais.

Lisez et vous verrez.

Une très belle découverte. Qu’est-ce-que j’aime ça, découvrir un auteur !:)

« Tout autour de la planète, des gens s’échappent de là où ils ont vécu, fuyant des plaines jadis fertiles mais maintenant craquelées par la sécheresse, des villages côtiers asphyxiés par les marées montantes, des villes surpeuplées et des champs de bataille sanglants, et ils s’éloignent aussi de leurs semblables (…). »

 

 

 

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s