coup de coeur

L’amour est aveugle- William Boyd

« L’amour? Qu’est-ce donc que l’amour? Ça se mange? Ça se boit? Ça sert à quelque chose? »

1894. Brodie Moncur est un jeune accordeur de piano extrêmement myope mais doté d’une oreille extraordinaire. Son talent exceptionnel intéresse les pianistes et les fabricants de piano et va lui permettre de travailler auprès de John Kilbarron, un pianiste brillant quoiqu’un peu passé de mode et de son frère Malachi, son énigmatique attaché de presse. Ce travail est l’occasion rêvée pour Brodie de s’éloigner de l’Ecosse et de son père pasteur alcoolique et mauvais comme la gale. C’est aussi pour lui le moyen de vivre une liaison passionnée avec la cantatrice russe Lika Blum, qui est aussi la maîtresse de John. Cette romance se poursuit secrètement, au fil des voyages et des tournées de Kilbarron, jusqu’en Russie…

La Russie, c’est le début de très gros ennuis pour Brodie, traqué par Malachi, obligé de fuir à l’autre bout du monde, où s’achèvera son périple.

Quel énorme plaisir que ce roman, foisonnant, romanesque en diable, tellement fluide et bien écrit. J’ai adoré suivre les aventures de Brodie, auquel je me suis follement attachée. Brodie, Brodie, Brodie… BRODIE, superbe personnage de roman !  J’ai adoré voyager avec lui à travers l’Europe si musicale, si cultivée de la fin du XIXe siècle, j’ai adoré, j’ai tout adoré. J’aurais voulu rester avec Brodie mais il est un moment où le livre s’achève. Vite, trop vite, malgré les 400 pages. Et j’ai quitté, tristement, mon cher Brodie Moncur. Je demande des héros comme lui, plus souvent.

C’est ma première rencontre avec William Boyd et si toute son oeuvre est du même tonneau, je sens que je n’ai pas fini de me régaler. Voilà un auteur pour qui, visiblement, le lecteur est au centre du projet d’écriture : William Boyd, écrit, ça se sent, avec l’envie d’offrir une belle histoire, pleine de péripéties, d’émotions, de sensualité, sans racolage, à la fois érudite et follement plaisante. Trop bien. Délicieux. Intelligent, palpitant.

C’est génial ! Gros coup de coeur de ce début d’été.

Dommage que le titre français soit bête comme tout.

« Pense à ton amour pour moi. Un amour aveugle. Tu ne me vois pas telle que je suis réellement. Tu ne vois pas toutes les nuances de Lika Blum, l’ombre et la lumière. Tu vois la lumière, tu vois juste ce que tu veux voir. »

Je viens de me rendre compte que j’ai déjà lu Boyd il y a longtemps et que je n’en avais gardé aucun souvenir. Tellement heureuse de le redécouvrir avec cet éblouissant roman !

20 réflexions au sujet de « L’amour est aveugle- William Boyd »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s