bof bof

En un monde parfait- Laura Kasischke

 

 

« Depuis que le gouvernement avait pris les choses en main, on ne prévoyait plus d’importantes pannes d’électricité »

Jiselle (prononcez Djizelle) est une hôtesse de l’air au coeur tendre. Elle tombe amoureuse de Mark, un pilote très séduisant, et l’épouse, en dépit des mises en garde de sa mère, une femme méprisante et cassante. L’homme est veuf, il a trois enfants. Les deux aînées voient cette union d’un très mauvais oeil et manifestent beaucoup d’hostilité vis-à-vis de leur fragile belle-mère. Dans le même temps, une grippe (genre Covid, mais pas nommée Covid) frappe le pays et met à mal le monde parfait dont Jiselle rêve désespérément. Cette sorte d’effondrement civilisationnel va mettre la jeune femme à l’épreuve, d’autant que Mark, placé en quarantaine en Allemagne, semble s’éloigner de plus en plus et pas que géographiquement. Voilà Jiselle, seule en charge d’enfants qui ne sont pas les siens et qui ne l’aiment pas, dans une période violemment troublée. Parviendra-t-elle à sortir de son statut de faible femme toute en adoration devant son homme pour affronter un monde qui part en vrille?

Ce livre m’a fait un effet étrange. Je l’ai écouté jusqu’au bout, partagée entre le sourire (c’est cucul la praline comme c’est pas permis, je ne savais pas que Laura Kasischke jouait dans la cour des auteurs cucul mais avec ce livre, elle tient la corde), l’énervement (Jiselle est une cruche vraie de vraie et l’autrice se perd et perd son lecteur dans des développements inutiles et interminables qui n’apportent rien à l’histoire), l’envie tout de même de savoir comment tout cela allait se terminer. Le résultat est moins que mitigé, il est décevant. J’avais cru redécouvrir une autrice que je n’appréciais pas après le très fort « Esprit d’hiver », d’une rudesse remarquable. Laura K. et moi nous sommes de nouveau fâchées. La lectrice, Elodie Huber, fait pourtant tout ce qu’elle peut, de sa voix si douce, même de rendre crédibles des dialogues gnangnan comme jamais. Il faut l’entendre murmurer des « je t’aime » en prenant un ton grave lorsque c’est Mark qui parle, j’avoue, ça m’a à la fois irritée et amusée.Ggnangan cucul, irritant, voilà le dernier Kasischke (le livre est sorti en 2020)

J’essayerai de publier un billet sur une lecture que j’ai aimée avant la fin de l’année, car je ne veux pas terminer 2022 sur une note négative.

Publicité

18 réflexions au sujet de « En un monde parfait- Laura Kasischke »

  1. Je me permets, (en tant que lectrice ayant aimé ce roman cucul) d’apporter une petite précision. Je ne sais pas quand le livre est sortie en audio, mais en grand format, c’était en 2010. Je l’ai lu en poche (et écrit un avis sur mon ancien blog) en 2011. 😉

    Aimé par 1 personne

      1. Non, c’est ce que je fais d’habitude et là ça me raconte une histoire de blocs ( alors que j’ai toujours l’éditeur classique …) et sur la page de corrections, j’ai seulement le titre. Si je clique sur «  mettre à jour » je perds tout … il ne me reste que le titre ( article écrit 2 fois à cause de ça …) je ne peux même pas corriger une coquille grammaticale qui me gêne beaucoup

        J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s